La polyvalence, une qualité à cultiver chez un rédacteur web

Aucune limite n’existerait dans l’acquisition de connaissances et la maîtrise parfaite des processus liés à toute activité. C’est ce que laisse entendre la polyvalence à tort, sauf dans le domaine du numérique, et le rédacteur web y excelle.

Il est généralement erroné de croire qu’une personne peut être performante en tout. Le rédacteur polyvalent peut avoir un niveau modeste de connaissance dans différents domaines.

Il n’est pas possible d’être compétent dans plusieurs domaines, simultanément, surtout si ces domaines nécessitent de mobiliser des registres de connaissance et d’aptitude très différents les uns des autres.

Selon un expert en gestion des ressources humaines, il faut effectivement reconnaître que les meilleurs musiciens sont des spécialistes d’un seul instrument. Le chirurgien inspire évidemment plus confiance quand il a une spécialité, plutôt que d’affirmer qu’il opère à la fois le cerveau, l’abdomen et le cœur.

Cependant, il n’est pas nécessaire de suivre un tutoriel écrit pour réaliser une opération chirurgicale à cœur ouvert. C’est ainsi que le numérique change la donne. Il contribue à standardiser la connaissance, à mettre le savoir à disposition de tous les internautes de manière ludique, didactique, etc.

Comme dans le cas d’un médecin généraliste qui, comme son nom l’indique, est en mesure de reconnaître et de soigner la grande majorité des pathologies, le chargé de contenu polyvalent peut être habile dans la rédaction de divers thèmes et sujets.

Tel un rédacteur spécialisé, il est capable de produire des articles pertinents et travaillés. Il est tout à fait en mesure de développer la crédibilité et d’améliorer la notoriété du client. Son travail apporte une réelle valeur ajoutée et renforce l’image d’expert auprès des lecteurs, ce qui permet de gagner leur confiance.

Un critère de recrutement incontournable dans une société de rédaction

Il est quasiment impossible de trouver une personne qui est experte à la fois en marketing digital, en gestion des ressources humaines et en développement web.

Dans les agences de rédaction web, les recruteurs recherchent plutôt un candidat qui dispose d’une bonne culture générale et d’une excellente capacité d’analyse et d’adaptation, en plus d’expériences probantes dans le domaine ainsi que de qualités humaines. Ils valorisent davantage l’expérience et l’aptitude à réaliser des activités complexes et exigeantes.

La polyvalence reste un atout considérable pour être recruté. Le rédacteur se distinguera des autres postulants s’il répond aux critères suivants :

  • avoir déjà assuré le traitement de divers projets de rédaction ;
  • disposer d’une bonne connaissance en référencement naturel ;
  • maîtriser les bases du langage HTML ;
  • avoir déjà occupé un poste d’intégrateur web ;
  • savoir écrire parfaitement dans deux ou plusieurs langues ;
  • être particulièrement bon sur des sujets ou des thèmes particuliers.

Aussi, il est fortement recommandé de mettre en évidence dans sa candidature cet élément susceptible d’accrocher le recruteur qu’est la polyvalence. De nos jours, cette demande des employeurs s’inscrit surtout dans le cadre d’une notion de flexibilité et d’optimisation des ressources.

Par ailleurs, même si la polyvalence apporte une réponse au besoin de flexibilité qui est largement évoqué dans les entreprises, elle comporte des limites considérables, dont la plus importante est la dilution des compétences mobilisées.

Même si cela ne s’applique pas tout à fait à la rédaction web, il convient de savoir qu’outre la polyvalence, l’assouplissement des horaires de travail, la sous-traitance et l’externalisation permettent d’optimiser la flexibilité.

Un excellent levier de flexibilité réside également dans :

  • la formation continue des rédacteurs ;
  • l’autonomie dans le travail ;
  • l’innovation participative.

Qu’en est-il exactement de la polyvalence ?

Une personne polyvalente, un peu comme le généraliste, occupe plusieurs fonctions ou intervient dans différents domaines. Par exemple, le musicien qui joue de nombreux instruments peut être qualifié de musicien polyvalent. De même, le sportif possède cette qualité s’il pratique plusieurs sports. Il en est de même de l’ouvrier qui est en mesure de faire à la fois de la maçonnerie, de la tapisserie, de la plomberie, etc.

Le polyvalent touche donc un peu à tout, contrairement au spécialiste qui possède des connaissances pointues dans un domaine restreint.

Rédacteur spécialisé ou polyvalent ?

L’idée selon laquelle le polyvalent n’aurait pas une connaissance approfondie de son sujet et qu’il serait impossible d’avoir plusieurs spécialités n’est pas totalement fausse.

Il est connu comme étant en mesure d’intervenir dans divers domaines, mais à un niveau sommaire. Toutefois, dans le domaine de la rédaction web, une personne peut être spécialisée dans le droit par exemple, tout en étant parfaitement à l’aise sur d’autres thèmes tels que le voyage, la cuisine, etc.

En revanche, les spécialistes maîtrisent un domaine bien précis. Le cardiologue ou l’expert-comptable pourraient être des analogies concrètes. Dans un grand hôtel-restaurant, chaque employé est affecté à une mission spécifique. En effet, le pâtissier ne se chargera pas de dresser les tables, par exemple.

Cependant, cette règle ne s’applique pas forcément aux rédacteurs spécialisés, surtout s’ils exercent leur activité au sein d’une agence de rédaction web. Leur métier leur exige d’être hautement qualifiés dans différents thèmes à la fois. Il n’est pas rare de croiser des personnes qui s’y connaissent en même temps en bourse, marketing et décoration d’intérieur.

Pourquoi et comment devenir un rédacteur polyvalent ?

Exceller dans un domaine particulier, que ce soit le sport, la science ou dans les différentes fonctions de l’entreprise nécessite du temps.

Dans le domaine de la rédaction web, il en faut encore plus pour devenir un rédacteur polyvalent capable d’écrire sur un grand nombre de sujets, et ce, sans commettre de maladresse. Il faut du temps pour mettre à l’épreuve les acquis et perfectionner ses propres techniques.

Pour mettre en œuvre un processus progressif d’acquisition de connaissances, il importe de se donner le temps d’apprendre. C’est la principale raison pour laquelle l’équipe de Rédacteur-Solution consacre plusieurs heures par mois pour :

  • visionner ensemble des documentaires ;
  • échanger sur les évolutions du métier de rédacteur web ;
  • partager des connaissances ;
  • lire des livres qui abordent des sujets spécifiques, choisis tour à tour.

L’objectif est d’acquérir d’excellentes bases dans plusieurs domaines pour avoir un meilleur socle de compréhension. En même temps, cela permet d’assouvir la curiosité et pousse à s’intéresser à différents thèmes, ce qui n’empêche pas non plus de concentrer plus d’efforts sur un sujet particulier.

Nous avons conscience que toute compétence qui n’est pas régulièrement mise en pratique finit par se perdre. Dans certains domaines de connaissances pointus, les mises à jour doivent également être fréquentes.

Nous avons également compris que la polyvalence est bénéfique si elle est accompagnée et non contrainte. Elle doit être valorisée aussi bien financièrement qu’humainement et non être considérée comme une variable d’ajustement à l’organisation du travail, sans reconnaissance de l’effort d’adaptation du chargé de contenu.

Tout excès nuit

Attention toutefois, trop de polyvalence peut mener au burn-out ou épuisement professionnel. Bien souvent, la notion de burn-out entraîne un flou dans la définition des fonctions des salariés. En cas de mauvaise gérance, cela risque vite de devenir déstabilisant et d’être source de dommage pour leur estime de soi, puis d’entraîner une perte d’intérêt et de motivation.

Pour éviter le burn-out, il faut veiller à adopter une polyvalence saine. Il est important de ne pas solliciter l’employé à accomplir une mission qui n’a aucun rapport avec son poste. À titre d’exemples, le rédacteur web n’a pas à s’occuper de la gestion d’une page Facebook, de l’animation d’un forum, de la modération de commentaires d’un blog ou de la saisie de données. Cela risque de le rendre déqualifié et surchargé de travail, voire d’entraîner une dégradation du service.

Selon Albert Einstein, le but de l’éducation est de viser à parfaire l’intelligence et l’esprit critique. Avec un excès de spécialisation, un individu est moins capable de raisonner. D’ailleurs, avant de se spécialiser, il est avant tout indispensable de se former de manière générale.

Rédaction web : halte aux clichés et aux idées reçues !

Ces dernières années, l’essor du web a vu l’émergence d’un grand nombre de nouveaux métiers. La rédaction web fait aujourd’hui partie des plus connus et des plus pratiqués. Le secteur peut se vanter de compter des millions de rédacteurs web à travers le monde et cette tendance évolue avec la hausse constante du nombre de sites internet.

Victime de sa popularité, la rédaction de contenu fait cependant l’objet de nombreux clichés et idées reçues qui induisent souvent les gens en erreur sur la véritable nature du métier et ses valeurs.

Principes de la rédaction web

Intimement lié à Internet et à la popularisation des sites web, le métier a commencé à être connu et à gagner du terrain vers la fin des années 2000. En l’espace de dix ans, le nombre de rédacteurs web est passé de quelques centaines de prestataires à plusieurs milliers.

À première vue, la rédaction web est un métier simple : les rédacteurs rédigent des contenus pour les sites internet, les blogs, etc. Néanmoins, ce ne sont pas des tâches aussi faciles qu’on le pense.

Écrire pour le web demande en effet de respecter de multiples consignes. Le but est de produire un contenu pertinent, agréable à lire et susceptible d’intéresser les lecteurs. Il ne s’agit pas d’écrire n’importe quoi, n’importe comment.

Le top des plus gros clichés sur la rédaction web

Un métier facile : Presque tout le monde peut se mettre ou se convertir à la rédaction. Ce n’est pourtant pas aussi simple.

Une fois dedans, on réalise toutes les subtilités du métier qu’il faut assimiler. Il ne suffit pas d’écrire en veillant à ne pas faire de fautes d’orthographe ou de syntaxe. C’est bien plus que cela.  

Tout le monde peut le faire : La rédaction web n’est pas à la portée de tout le monde. C’est un métier qui demande beaucoup de rigueur, de créativité, mais aussi de patience. 

Quoi qu’il en soit, de plus en plus de personnes se plaisent à s’autoproclamer rédacteur web alors que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Résultat, c’est tout le secteur qui en pâtit et le métier en vient à être sous-estimé. 

Complément d’emploi et source d’argent facile : Bon nombre d’individus ont tendance à considérer la rédaction web comme une espèce de roue de secours, un moyen d’arrondir ses fins de mois en écrivant « quelques textes ». Or, c’est un métier à part entière.

Salariés ou en freelance, les rédacteurs web doivent travailler dur et bien pour gagner de l’argent. De plus, écrire un bon texte pour le web demande beaucoup d’investissement intellectuel, mais aussi matériel (ordinateur, logiciel, abonnement internet, etc.).

La rédaction web, un métier facile… vraiment ? 

Parmi les principales idées reçues sur la rédaction de contenu web, on peut citer le fait qu’un certain nombre de personnes considèrent que c’est un métier accessible pour peu que l’on aime lire et écrire. 

Il ne s’agit pas seulement d’être bon en français : écrire pour le web est un vrai travail intellectuel qui demande bien plus qu’une bonne base en orthographe, grammaire et conjugaison. C’est un métier qui exige du temps. Avant de passer à l’écriture elle-même, le rédacteur devra effectuer des recherches, établir un plan cohérent de l’article, puis le rédiger, effectuer la relecture, etc. C’est tout un processus en chaîne qu’il faut suivre avant d’envoyer le texte final au client. 

Il faut également beaucoup de créativité et un excellent esprit de synthèse. Ces deux qualités sont indispensables, car les rédacteurs ont pour mission de présenter une idée, une information, un service, un produit de manière à la fois simple, concrète et agréable pour les lecteurs.

Écrire tout en respectant des règles

Vous l’aurez compris, rédiger pour le web n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. C’est un travail qui demande d’allier parfaitement technique et écriture. Les rédacteurs web doivent non seulement soigner leur syntaxe et orthographe, mais également écrire en se pliant à diverses contraintes :

      • Les normes et bonnes pratiques de l’écriture web ;
      • La charte éditoriale du client ;
      • Le référencement naturel pour booster l’article sur Google.

Aussi, un bon rédacteur web doit être capable d’adapter ses écrits non seulement aux exigences des moteurs de recherche, mais aussi à celles des clients et des lecteurs. À cela s’ajoutent les différents styles rédactionnels qu’il doit maîtriser pour pouvoir assurer les commandes d’articles : billet de blog, fiche produit, guide d’achat, etc.

Écrire pour Google ou pour les lecteurs ?

Les rédacteurs débutants sont souvent confrontés à ce dilemme : faut-il rédiger le contenu pour satisfaire les critères imposés par les moteurs de recherche ou faut-il avant tout penser aux lecteurs ?

Il se trouve que rédiger pour le web consiste à être sur tous les fronts : à travers son texte, le rédacteur de contenu devra séduire Google & Co, mais aussi les internautes qui vont lire. Certes, mais comment ? C’est à ce stade que la technique vient prêter main-forte à l’écriture : la rédaction SEO, l’emplacement de mots-clés, etc.

Rédaction web et optimisation de contenu

Un texte rédigé pour le web a pour but d’éveiller l’intérêt des internautes pour un site internet, un service, un produit ou bien un évènement particulier. Pour attirer l’attention des lecteurs, le texte a également besoin d’un coup de pouce de la part des moteurs de recherche. Rappelons que la plupart du temps, les internautes ne consultent que les pages qui arrivent en tête des résultats de recherche Google.

On parle alors d’optimisation de contenu ou search engine optimization (SEO) : les sites web sont « optimisés » dans le but de séduire les moteurs de recherche et d’être bien positionnés dans les résultats. 

La rédaction de contenu web joue un rôle très important dans la stratégie SEO : le rédacteur écrit en insérant des mots et des expressions clés dans son texte. Cela permet d’associer le contenu à des recherches précises. Lorsque les internautes taperont un mot-clé spécifique sur Google, le texte en question apparaîtra alors en première page des résultats de recherche.

Rédiger des contenus pour maximiser le ROI

Pour booster le contenu de leurs pages web, les professionnels et entreprises investissent dans les services d’un rédacteur web SEO. Il doit alors proposer des contenus qui maximiseront le ROI ou « retour sur investissement » de ses clients.

Il faut que les articles permettent de générer davantage de trafic sur le site internet de manière à rentabiliser l’investissement. 

La rédaction de contenu en 2020

La rédaction de contenu a beaucoup évolué avec le temps : l’époque est révolue où les rédacteurs ne rédigeaient que de petits articles pour les annuaires ou les pages d’accueil d’un site internet.

De nos jours, la rédaction web est considérée comme une stratégie de marketing à part entière. Des entreprises sont prêtes à miser gros sur le contenu de leur site pour attirer de nouveaux clients.

Et cela marche… à condition toutefois d’engager un rédacteur web professionnel pour s’occuper de tout. Voici les qualités indispensables qu’il devrait avoir de nos jours :

Maîtriser le français écrit et les bases du SEO

Le rédacteur web doit avoir une parfaite connaissance du français écrit pour parvenir à créer un contenu original, en plus des techniques de référencement naturel.

La veille est tout aussi indispensable sous peine d’être pris au dépourvu par l’évolution continuelle des algorithmes des moteurs de recherche et l’utilisation des réseaux sociaux.

Être curieux et polyvalent

Le métier de rédacteur web implique de traiter une multitude de thèmes et de sujets. Pour ne pas se retrouver en panne d’inspiration, il est impératif de s’intéresser à toutes sortes de sujets, mais aussi d’être astucieux et de ne pas rechigner à effectuer des recherches sur Internet.

Le rédacteur de contenu web se doit donc également d’être polyvalent.

Avoir un parfait esprit de synthèse

Lorsque l’on écrit pour le web, il faut éviter de tourner autour du pot. De nos jours, les lecteurs n’aiment pas perdre leur temps. Ils ont envie de lire un texte bien clair, sans bouturage et qui va droit au but.

Un bon esprit de synthèse est ainsi important pour ne pas s’éparpiller dans ses idées. Cela permettra au rédacteur de rédiger des textes avec des phrases courtes et concises afin de proposer une lecture à la fois rapide et agréable pour les internautes.

Être rapide et autonome

La rédaction web est un travail qui demande beaucoup de rigueur et de discipline. Ces deux points sont indispensables pour bien se concentrer et produire efficacement de bons contenus.

Il ne s’agit certainement pas d’une course. Cependant, plus vite vous écrirez, plus d’articles vous produirez et mieux vous serez rémunéré.

Être réactif et bien organisé

Pour arriver à appartenir à la crème de la crème des rédacteurs web professionnels, il faut savoir faire preuve de réactivité : toujours respecter les deadlines imposées par les clients ou fixées d’un commun accord. 

Pour ce faire, il est nécessaire d’être bien organisé et savoir poser des limites. Cela permet de livrer tous les textes à temps et de ne pas se perdre dans les commandes.